Ressources en psychocriminologie et criminologie
Header

Questionnaire sur les styles de colère

Handbook of Anger Management and Domestic Violence Offender treatment

Ronald T. Potter-Efron (2015)

Une unité d’analyse primaire dans l’évaluation comportementale de la colère est l’épisode discret de colère, une période de temps qui s’étend du moment où quelque chose se produit qui déclenche la colère d’une personne, jusqu’au moment où le problème est résolu ou abandonné. Des épisodes comme celui-ci peuvent se produire en quelques secondes, en particulier pour les personnes qui décrivent leur colère comme impulsive et rapide, ou qui s’étalent sur des années pour celles qui ne peuvent pas se défaire de blessures perçues.

Mon nom pour l’événement déclencheur, qu’il provienne d’une source externe ou qu’il soit généré en interne, est une « invitation à la colère ». La plupart des gens reçoivent chaque jour de nombreuses invitations à la colère. Les personnes qui développent des problèmes de colère sont généralement ceux qui acceptent un plus grand nombre de ces invitations que les autres. Mais la simple quantité n’est qu’un aspect intéressant lié à la prise en compte des épisodes de colère. La question la plus importante est de savoir exactement comment les gens réagissent aux invitations de colère qu’ils reçoivent. Ma co-auteure, Patricia Potter-Efron, et moi-même avons publié , grâce à l’observation clinique, au moins onze modèles de réponse cohérents. Ces schémas sont appelés « styles de colère ». Les styles de colère sont des façons répétées et prévisibles dont les gens gèrent les situations dans lesquelles ils pourraient se mettre en colère ou le font.

Chaque style peut être utilisé de manière appropriée dans certaines situations. Cependant, les gens ont des problèmes lorsqu’ils abusent ou détournent un ou plusieurs styles, par exemple lorsqu’une personne développe une habitude de colère morale excessive et s’indigne pour des transgressions éthiques mineures.

Le questionnaire sur les styles de colère (adapté et modifié de Potter-Efron et Potter-Efron, 2006) est conçu pour aider les conseillers à identifier les styles de colère qu’une personne en particulier utilise fréquemment.

Questionnaire sur les styles de colère

Consignes : Veuillez répondre aux 33 questions suivantes par oui ou par non en encerclant la réponse la plus correcte en fonction de la façon dont vous gérez habituellement votre colère.

Il n’y a pas de réponses correctes. Si vous pensez que la meilleure réponse serait « Parfois », essayez quand même de choisir la meilleure réponse « oui » ou « non », mais ajoutez la lettre « P » à votre réponse.

1. J’essaie de ne jamais me mettre en colère.

Oui/Non

2. Je suis très nerveux quand les autres se mettent en colère.

Oui/Non

3. J’ai l’impression de faire quelque chose de mal quand je suis en colère.

Oui/Non

4. Je dis souvent aux gens que je ferai ce qu’ils veulent, mais j’oublie souvent.

Oui/Non

5. Je dis souvent des choses comme « Oui, mais… » et « Je le ferai plus tard ».

Oui/Non

6. Les gens me disent que je dois être en colère, mais je ne sais pas pourquoi ils disent cela.

Oui/Non

7. Je m’en veux beaucoup.

Oui/Non

8. Je « garde » ma colère et j’ai ensuite des maux de tête, des maux d’estomac, etc.

Oui/Non

9. Je me donne souvent des noms affreux comme « nul », « égoïste », etc.

Oui/Non

10. Ma colère monte très vite.

Oui/Non

11. J’agis avant de réfléchir quand je suis en colère.

Oui/Non

12. Ma colère disparaît assez rapidement.

Oui/Non

13. Je me mets vraiment en colère quand les gens me critiquent.

Oui/Non

14. Les gens disent que je suis facilement blessé et que je suis trop sensible.

Oui/Non

15. Je me fâche facilement quand je me sens mal dans ma peau.

Oui/Non

16. Je me mets en colère pour obtenir ce que je veux.

Oui/Non

17. J’essaie d’effrayer les autres avec ma colère.

Oui/Non

18. Je fais parfois semblant d’être très en colère alors que je ne le suis pas vraiment.

Oui/Non

19. Parfois, je me fâche juste pour avoir de l’excitation ou de l’action.

Oui/Non

20. J’aime les émotions fortes qui accompagnent ma colère.

Oui/Non

21. Parfois, quand je m’ennuie, je commence à me disputer ou je me bagarre.

Oui/Non

22. J’ai l’impression d’être tout le temps en colère.

Oui/Non

23. Ma colère me semble être une mauvaise habitude dont je ne peux me défaire.

Oui/Non

24. Je m’énerve sans réfléchir – ça arrive, c’est tout.

Oui/Non

25. Je suis souvent jaloux, même quand il n’y a pas de raison.

Oui/Non

26. Je ne fais pas beaucoup confiance aux gens.

Oui/Non

27. Parfois, j’ai l’impression que les gens me cherchent.

Oui/Non

28. Je me mets très en colère lorsque je défends mes croyances et mes opinions.

Oui/Non

29. Je me sens souvent indigné par ce que d’autres personnes disent et font.

Oui/Non

30. Je sais toujours que j’ai raison dans une dispute.

Oui/Non

Chaque série de trois questions décrit un style de colère distinct. Plus précisément,

Questions 1-3 : Évitement de la colère
Questions 4-6 : Colère sournoise (passif-agressif)
Questions 7-9 : La colère tournée vers l’intérieur
Questions 10-12 : Colère soudaine
Questions 13-15 : Colère basée sur la honte
Questions 16-18 : Colère délibérée
Questions 19-21 : Colère excitatrice
Questions 22-24 : Hostilité habituelle
Questions 25-27 : Colère fondée sur la peur (paranoïa)
Questions 28-30 : Colère morale
Questions 31-33 : ressentiment/haine

J’ai trouvé ce questionnaire très utile pour planifier les priorités de traitement. (Toutefois, veuillez noter que la fiabilité et la validité de ce questionnaire n’ont pas fait l’objet de recherches). Fondamentalement, personne qui répond « oui » aux trois éléments d’un ensemble utilise certainement et probablement trop ce style de colère dans la vie quotidienne. Même une ou deux réponses positives méritent qu’on s’interroge soigneusement sur le moment, le lieu et la personne avec laquelle le client utilise ce style de colère particulier.
Les paragraphes suivants décrivent brièvement chaque style de colère.

Trois styles de colère, les styles cachés, ont une caractéristique commune : les personnes qui les utilisent ne sont pas ou peu conscientes de leur colère et/ou sont incapables de l’accepter.

Le premier de ces styles est appelé « évitement de la colère », un style de colère pratiqué par les personnes qui croient que la colère est mauvaise, effrayante ou inutile. Ces personnes ne peuvent pas utiliser la colère de manière appropriée dans leur vie quotidienne. Au lieu de cela,
ils ont tendance à nier, à ignorer et à minimiser leur colère. Incapables d’écouter les messages de leur colère, ces personnes se retrouvent souvent empêtrées dans des situations qu’elles n’aiment pas mais auxquelles elles ne peuvent échapper. L’objectif thérapeutique des personnes qui évitent systématiquement la colère est de les aider à apprendre comment accepter et utiliser leur colère.

Le deuxième style de colère cachée est l’agression passive, que nous appelons « colère sournoise » dans notre livre. Les personnes passives agressives se sentent souvent impuissantes et dominées par les autres. Ils ont tendance à ne pas s’affirmer et ruminent de l’amertume, méprisant les personnes qui, dans leur vie, essaient de les contrôler. Cependant, les passifs agressifs ont découvert une tactique qui permet de vaincre ces puissants adversaires. Ils frustrent complètement les autres par leur inaction, faisant de l’inaction une sorte d’art qu’ils maîtrisent. Malheureusement, l’agressivité passive, lorsqu’elle est utilisée à outrance, piège les utilisateur dans un état d’inertie perpétuelle. Maîtrisant l’inaction, leur vie stagne et devient sans but. Par conséquent, le traitement des personnes passives agressives doit mettre l’accent sur l’aide à leur apporter pour qu’elles développent des buts et des objectifs positifs dans la vie, en plus de les aider à s’affirmer et à exprimer leur colère.

La « colère tournée vers l’intérieur«  est le troisième style caché. Les personnes présentant ce type de comportement évitent le conflit en redirigeant leur colère contre les autres vers une cible plus sûre, elles-mêmes. Elles développent souvent des comportements d’auto-négligence, d’auto-sabotage, d’autoaccusation, d’auto-attaque et même d’autodestruction. L’intervention avec ces personnes peut consister à les aider à se donner la permission de reconnaître et d’utiliser leur colère maîtrisée. Malheureusement, l’agression passive, lorsqu’elle est trop utilisée, piège les utilisateurs dans un état d’inertie perpétuelle. Maîtrisant l’inaction, leur vie stagne et devient sans but. Par conséquent, le traitement des personnes passives et agressives doit mettre l’accent sur l’aide à leur apporter pour qu’elles développent des buts et des objectifs positifs dans la vie, en plus de les aider à s’affirmer et à exprimer leur colère.

Quatre styles de colère peuvent être regroupés sous le terme de « styles explosifs ».

Les personnes ayant ces styles démontrent périodiquement leur colère par des explosions dramatiques. La « colère soudaine » est le plus facilement reconnaissable de ces styles, dans lequel la colère se manifeste par des éclats rapides, généralement intenses et de courte durée. Les personnes qui ont de fortes tendances à la colère soudaine réagissent souvent bien aux stratégies classiques de gestion de la colère, comme la prise de temps d’arrêt, qui visent à retarder l’expression de la colère suffisamment longtemps pour que la personne reprenne le contrôle.

La « colère basée sur la honte » est un autre style explosif. Ici, les individus convertissent rapidement les sentiments de honte en colère et en rage. Ils s’attaquent ensuite à leurs agresseurs, les personnes qu’ils croient honteuses ou qui pourraient avoir l’intention de le faire. La présence d’une quantité invalidante de colère basée sur la honte peut être associée à la violence domestique (Dutton, 1998), car les partenaires intimes déclenchent le plus souvent (à la fois accidentellement et parfois intentionnellement) la honte de leur partenaire. Les personnes ayant ce type de colère sont souvent instables et physiquement dangereux. Ils ont souvent besoin d’une thérapie à long terme qui s’attaque à la honte qui sous-tend leur colère et leur agressivité.

La colère « excitatrice«  représente le troisième style de colère explosive. Les personnes ayant des tendances à la colère excitatrice recherchent en fait leur colère parce que le fait de s’énerver et de se disputer déclenche des sentiments d’excitation et d’intensité. Elles auront besoin d’aide pour s’engager sur la voie de la modération et de l’apaisement, ainsi que pour trouver des moyens pro-sociaux pour exprimer leur besoin d’excitation.

Le dernier style explosif peut être appelé « colère délibérée ». La colère délibérée est affichée délibérément afin d’intimider les autres. Les personnes qui utilisent régulièrement la colère délibérée ont découvert une réalité simple en deux mots : « la colère fonctionne ». Parce qu’elles obtiennent ce qu’elles veulent lorsqu’elles se mettent en colère, elles continuent à le faire, apparaissant parfois extrêmement furieuses alors qu’elles ne sont pas du tout en colère. Les personnes qui présentent ce schéma devront être confrontés à la nécessité de simuler leur colère pour en tirer un profit instrumental. Ils doivent aussi souvent apprendre d’autres façons de demander aux autres ce qu’ils veulent et ce dont ils ont besoin, car ils ont tendance à avoir de mauvaises aptitudes sociales et de communication.

Les quatre derniers styles de colère courants sont appelés les styles chroniques. Les personnes qui utilisent fréquemment ces styles ont développé des schémas de colère à long terme qui les maintiennent en colère, amers et pleins de ressentiment.

La « colère habituelle » est le nom que je donne au style chronique initial. Les personnes en colère habituelle pensent et agissent généralement de manière à perpétuer leur colère. La colère devient leur émotion par défaut, apparaissant automatiquement dans des situations où les autres ressentiraient d’autres émotions ou n’auraient aucune réaction affective. Par exemple, une personne habituellement en colère pourrait réagir au fait qu’on lui dise qu’on l’aime avec agacement (« Pourquoi dire cela tout le temps ? Cela me dérange ») ou répondre aux éloges au travail avec une attitude défensive (« Oh bien sûr, ils disent qu’ils aiment mon travail, mais ils essaient juste de me faire travailler plus dur »). Le traitement cognitif de la colère habituelle est très approprié, car il met l’accent sur les processus de pensée automatiques et irrationnels.

La « paranoïa« , ou plus généralement la « peur » ou la « colère de méfiance » est le deuxième style de colère chronique. Ici, la colère est projetée sur les autres et ensuite défendue avec une colère et une agression « défensive ». Il en résulte que les individus paranoïaques deviennent hyper-vigilants et vivent dans un monde où l’on ne peut faire confiance qu’à peu de personnes, voire aucune, et où le danger d’attaque est imminent. Le traitement des personnes ayant de fortes tendances paranoïaques doit d’abord viser à les aider à reconnaître l’étendue de leur projections et ensuite de les aider à se sentir plus en sécurité et plus confiants.

La « colère morale » est un autre style chronique. Les personnes qui se mettent en colère moralement perçoivent continuellement leur colère comme justifiée, juste, pour une cause plus grande que leur propre intérêt. Comme tous ces styles, la colère morale peut être bien ou mal utilisée. Utilisée au mieux, la personne moralement en colère devient un défenseur d’une cause socialement significative. Utilisée à mauvais escient, les gens enroulent le manteau de la justice autour d’eux et refusent de l’enlever, traitant même les plus petits conflits comme des batailles morales et transformant les opposants en diables et en monstres. Les conseillers qui travaillent avec ce type de personnes doivent s’efforcer d’aider ces personnes à devenir plus empathiques et à accepter le point de vue des autres.

Le dernier style de colère est appelé « ressentiment/haine ». Les personnes qui nourrissent du ressentiment ont tendance stocker des incidents dans lesquels elles se sentent maltraitées au lieu d’essayer de gérer chacun d’entre eux en temps voulu. Avec le temps, leur colère devient rigide et inflexible et se transforme en un sentiment de haine solidifié. Ceux qui leur ont fait du mal sont méprisés et traités comme des gens détestables et impardonnables. Cette colère peut durer de quelques semaines à des décennies et est très résistante à l’intervention. Le traitement de la haine est généralement axé sur le concept de lâcher prise des vieilles blessures et de reprendre le cours de la vie. Le terme clé est le « pardon ».

AGRESSION QUESTIONNAIRE (AQ)

Buss & Perry (1992)

AUTEURS : Arnold H. Buss et Mark Perry

OBJECTIF : mesurer quatre aspects de l’agression.

DESCRIPTION : Cet instrument en 29 questions mesure quatre aspects de l’agression : l’agression physique (AP : points 1, 5, 9, 13, 17, 21, 24, 26, 28), l’agression verbale (VA : points 2, 6, 10, 14, 18), la colère (A : points 3, 7, 11, 15, 19, 22, 29) et l’hostilité (H : points 4, 8, 12, 16, 20, 23, 25, 27). L’AQ est une amélioration de l’inventaire de l’hostilité, un instrument largement utilisé, développé par le premier auteur il y a plus de trente ans. L’AQ a été développé à partir d’un ensemble de 52 articles, dont beaucoup proviennent de l’inventaire original de l’hostilité, au moyen d’une analyse factorielle en composantes principales et d’une analyse factorielle de confirmation. L’instrument permet d’évaluer non seulement le degré d’agressivité d’une personne en utilisant les scores totaux, mais aussi la manière dont cette agressivité se manifeste, ce qui est déterminé par les scores des sous-échelles.

NORMES : Pour un échantillon de 612 hommes en licence, la sous-échelle AQ avait les moyennes (et les écarts types) suivants : PA = 24,3 (7,7), VA = 15,2 (3,9), A = 17,0 (5,6), H = 21,2 (5,5) ; la moyenne du score total pour cet échantillon était de 77,8 avec un écart-type de 16,5. Sur un échantillon de 641 femmes étudiantes, les moyennes (et les écarts types) pour les sous-échelles étaient PA = 17,9 (6,6), VA = 13,5 (3,9), A = 16,7 (5,8), et H = 20,2 (6,3) ; les scores totaux ont une moyenne de 68,2 et un écart-type de 17,0.

COTATION : Les items 24 et 29 sont d’abord notés en sens inverse. Les scores des sous-échelles sont la somme des scores des éléments de la sous-échelle. Le score total est la somme des scores de tous les éléments et va de 29 à 145. Des scores plus élevés signifient une agressivité plus élevée.

FIABILITÉ : La cohérence interne de l’échelle AQ est très bonne. Les coefficients alpha sont de 0,85, 0,72, 0,83 et 0,77 pour les sous-échelles PA, VA, A et H. Les scores totaux avaient un alpha de 0,89. L’AQ est un instrument stable avec une bonne fiabilité test-retest ; sur une période de neuf semaines, les corrélations test-retest étaient de 0,80, 0,76, .72, et .72 pour les sous-échelles PA, VA, A et H et .80 pour le score total.

VALIDITÉ : Les scores de l’AQ étaient modérément corrélés entre eux. Cependant, lorsque la variance des corrélations due au score de la colère a été partiellement éliminée, les corrélations n’étaient pas significatives ; cela confirme la validité théorique de l’AQ dans la mesure où les associations entre l’agression physique, l’agression verbale et l’hostilité sont dues à leur lien avec la colère. Les scores ont également une bonne validité concomitante, sans association significative entre le PA et le VA et l’émotivité, mais de fortes corrélations entre l’émotivité et les sous-échelles A et H. Les scores sur les quatre sous-échelles sont corrélés avec l’impulsivité, la concurrence et l’affirmation de soi, bien que des corrélations sensiblement plus faibles aient été constatées entre l’affirmation de soi et les sous-échelles PA et H. La validité de la construction a été démontrée par les corrélations entre la QA et les observations des pairs sur l’agressivité, la sociabilité et la timidité.

RÉFÉRENCE PRIMAIRE : Buss, A. H. et Perry, M. (1992). « The Aggression Questionnaire, Journal of Personality and Social Psychology », 63, 452-459.

DISPONIBILITÉ : Article de journal.

QUESTIONNAIRE d’AGRESSION

(Buss & Perry 1992)

Pour les questions suivantes, veuillez à quel point cela vous caractérise. En fonction de l’échelle de notation suivante, inscrivez votre réponse dans l’espace à gauche de chaque élément.

= Extrêmement peu caractéristique de moi

= Quelque peu inhabituel pour moi

= Peu caractéristique de moi

= Quelque peu caractéristique de moi

= Extrêmement caractéristique de moi

1

De temps en temps, je ne peux pas contrôler l’envie de frapper une autre personne.

2

Je le dis ouvertement à mes amis quand je ne suis pas d’accord avec eux.

3

Je m’enflamme rapidement, mais je redescends vite.

4

Je suis parfois rongé par la jalousie.

5

Si on me provoque suffisamment, il se peut que je frappe une autre personne.

6

Je me retrouve souvent en désaccord avec les gens.

7

Quand je suis frustré, je laisse voir mon irritation.

8

Parfois, j’ai l’impression que la vie m’a fait perdre la tête.

9

Si quelqu’un me frappe, je lui rends la pareille.

10

Quand les gens m’ennuient, je leur dis parfois ce que je pense d’eux.

11

J’ai parfois l’impression d’être un baril de poudre prêt à exploser.

12

D’autres personnes semblent toujours avoir des avantages par rapport à moi.

13

Je me retrouve dans des bagarres un peu plus que la moyenne des gens.

14

Je ne peux pas m’empêcher de me disputer quand les gens ne sont pas d’accord avec moi

15

Certains de mes amis pensent que je suis une tête brûlée.

16

Je me demande pourquoi je me sens parfois si amère à propos de certaines choses.

17

Si je dois recourir à la violence pour protéger mes droits, je le ferai.

18

Mes amis disent que je suis quelque peu querelleur.

19

Parfois, je m’emballe sans raison valable.

20

Je sais que les « amis » parlent de moi dans mon dos.

21

Il y a des gens qui m’ont poussé si loin que nous en sommes venus aux mains.

22

J’ai du mal à contrôler mon tempérament.

23

Je me méfie des étrangers trop amicaux.

24

Je ne vois aucune raison valable de frapper une personne.

25

J’ai parfois l’impression que les gens se moquent de moi dans mon dos.

26

J’ai menacé des personnes que je connais.

27

Quand les gens sont particulièrement gentils, je me demande ce qu’ils veulent.

28

Je suis déjà devenu tellement furieux que j’ai cassé des choses.

29

Je suis une personne d’humeur égale.

AGRESSION INVENTORY (AI) Gladue (1991)

AUTEUR : Brian A. Gladue

OBJECTIF : Mesurer les caractéristiques ou les traits de comportement agressif.

DESCRIPTION : Cet instrument de 30 éléments est conçu pour mesurer différents traits d’agressivité. Les répondants évaluent les éléments sur une échelle en cinq points, allant de « ne s’applique pas du tout à moi » à « s’applique exactement à moi ». L’AI comprend quatre sous-échelles : agression physique (PA = 9 + 11 + 12 + 13) ; agression verbale (VA = 3 + 4 + 6 + 7 + 8 +16 + 21) ; impulsif/impatient (II = l5 + l8 + 20 + 24 + 25 + 28 + 30) ; et évitement ( Avoid = 17 + 22). En raison des différences possibles entre les sexes dans de nombreux aspects de l’agression, les scores sur l’échelle AI doit être considérée séparément pour les femmes et les hommes. Par exemple, les analyses factorielles fournissent des différences en termes de variance pour l’assemblage des sous-échelles. Pour les hommes, le modèle de variance expliquée était PA (32,6 %) ; VA 12,7 %) ; II (8,4 %) ; et Avoid (4,9 %). Pour les femmes, le modèle était VA (33,9%) ; II (15,2%) ; PA (5,6%) ; et Avoid (5,3%).

NORMES : L’AI a été étudiée auprès de 960 étudiants de premier cycle inscrits dans des cours d’introduction à la psychologie. Cette population était principalement caucasienne (96 %) et se composait de 517 hommes et 443 femmes jeunes adultes (âge moyen = 20,4 ans, allant de 18 à 34 ans). Pour les hommes, les scores moyens des sous-échelles étaient PA = 2,34 ; VA = 3,04 ; II = 2,80 ; Avoid = 2,85. Pour les femmes, les scores moyens de la sous-échelle étaient PA = 1,82 ; VA = 2,58 ; II = 2,68 ; et Avoid = 3,06.

COTATION : Les sous-échelles sont notées en additionnant les réponses aux questions et en les divisant ensuite par le nombre de questions pour la sous-échelle en question. Les scores vont de 1 à 5, où les scores les plus élevés reflètent le plus d’agressivité.

FIABILITÉ : L’AI a une cohérence interne allant de passable à bonne. Pour les hommes, les coefficients alpha sont PA = 0,82 ; VA = 0,81 ; II = 0,80 et 0,65 pour Avoid. Pour les femmes, les coefficients alpha sont PA = 0,70 ; VA = 0,76 ; II = 0,76 ; et 0,70 pour Avoid.

Les données sur la stabilité n’ont pas été communiquées.

VALIDITÉ :

La validité de la sous-échelle AI a été confirmée par l’analyse des facteurs et des différences entre les hommes et les femmes. Ces dernières suggèrent que l’AI a une validité de groupes connus assez bonne, où les hommes et les femmes diffèrent significativement sur chaque sous-échelle et sur tous les éléments individuels sauf six.

RÉFÉRENCES PRIMAIRES : Gladue, B. A. (1991). « Qualitative and quantitative sex differences in self-reported aggressive behavior characteristics », Psychological Reports, 68, 675-684. Instrument reproduit avec l’autorisation de Brian A. Gladue et Psychological Reports.

DISPONIBILITÉ : Dr. Brian A. Gladue, Département de psychologie, 115 Minard Hall, North Dakota State University, P.O. Box 5975, Fargo, ND 58105-5075.

AI

Chaque énoncé de ce questionnaire s’intéresse à vous en vous demandant comment vous interagissez avec les autres ou comment vous réagissez généralement dans diverses situations.

Pour chaque énoncé, veuillez sélectionner la réponse qui s’applique le MIEUX à VOUS.

Veuillez noter la réponse appropriée à chaque énoncé dans l’espace à côté de celui-ci. À l’aide de l’échelle de notation suivante, sélectionnez la réponse qui s’applique le mieux à vous et inscrivez-la dans l’espace à côté de chaque élément.

1 = Ne s’applique PAS DU TOUT à moi

2 = S’applique PLUS OU MOINS à moi

3 = S’applique ASSEZ BIEN bien à moi

4 = S’applique BIEN à moi

5 = S’applique EXACTEMENT à moi

1

J’aime travailler avec mes mains en effectuant des tâches répétitives.

2

J’admire les gens qui peuvent se quitter une bagarre ou une dispute.

3

Lorsqu’une personne est injuste envers moi, je me mets en colère et je proteste.

4

Lorsqu’une personne essaie de me passer devant dans une file d’attente, je lui dis fermement de ne pas le faire.

5

Chaque fois que j’ai du mal à comprendre un problème, je demande conseil aux autres.

6

Lorsqu’une personne me critique, j’ai tendance à lui répondre et à protester.

7

Lorsqu’une personne essaie de me donner des ordres, je résiste fortement.

8

Je pense qu’il est normal de créer des problèmes à une personne ennuyeuse.

9

Je me bagarre avec d’autres personnes.

10

Lorsqu’une personne critique ou fait des commentaires négatifs sur mes vêtements ou mes cheveux, je lui dis que ce ne sont pas ses affaires.

11

J’admire vraiment les personnes qui savent se battre avec leurs poings ou leur corps (sans utiliser d’armes).

12

Lorsqu’une autre personne m’embête ou me bouscule, j’essaie de lui donner une bonne poussée ou un bon coup de poing.

13

Lorsqu’une autre personne se bat avec moi, je me défends.

14

Je préfère écouter du rock-and-roll plutôt que de la musique classique.

15

Je deviens facilement impatient et irritable si je dois attendre.

16

Lorsqu’une autre personne est méchante ou désagréable avec moi, j’essaie de me venger.

17

Lorsque quelqu’un est désagréable, je pense qu’il vaut mieux se taire que de faire des histoires.

18

D’autres disent que je perds facilement patience.

19

Je me considère comme une figure d’autorité pour certaines personnes.

20

Plus souvent que d’autres, il me semble que je fais des choses que je regrette par la suite.

21

Si une personne m’insulte, je l’insulte en retour.

22

Je préfère me mettre à l’écart et éviter les ennuis lorsque quelqu’un me harcèle.

23

Lorsque je suis en mauvais termes avec une personne, cela finit généralement par une bagarre.

24

Je deviens facilement impatient si je dois continuer à faire la même chose pendant longtemps.

25

Il arrive souvent que j’agisse trop rapidement.

26

Chaque fois que je construis quelque chose de nouveau, je lis le mode d’emploi avant de faire quoi que ce soit.

27

J’admire vraiment les personnes qui savent se battre avec des armes.

28

J’agis souvent avant d’avoir eu le temps de réfléchir.

29

Quand je suis très en colère contre quelqu’un, je lui crie dessus.

30

Quand je dois prendre une décision, je le fais généralement rapidement.

FRANCE INTER (Emission « du vent dans les synapses, 16/05/2020) Que doit-t-on à Alphonse Bertillon?

La méthode Bertillon part du calcul qu’en prenant quatorze mensurations – taille, longueur des pieds, main, oreille, avant-bras, arête du nez, écartement des yeux, etc. – sur n’importe quel individu, en se servant d’un pied à coulisse et, pour les relevés crâniens, d’une pince céphalique, il n’existe qu’une chance sur 286 millions pour qu’on retrouve les mêmes mesures chez un autre individu. Seuls alors les « mouches » – c’est-à-dire des détenus espions – et des « physionomistes » pouvaient permettre d’identifier notamment les récidivistes.

Ce système anthropométrique apparaît à une époque où les récidivistes représentent la moitié de la population carcérale en France, ce qui suscite la promulgation de la loi de relégation du 27 mai 1885. La préfecture de police adopte le système avec réticence en 1883 : le préfet Louis Andrieux ne voit en son subordonné qu’un cas d’« aliénation mentale » mais, en décembre 1882, Ernest Camescasse, le nouveau préfet, accorde trois mois au modeste employé pour tester la validité de sa méthode. Le 16 février 1883, le système permet pour la première fois l’identification de ce que l’on appelle alors un « cheval de retour », c’est-à-dire un récidiviste.

Un Bureau d’identité est créé en 1883, et du matériel spécialisé est dès lors utilisé dans tous les établissements pénitentiaires : table, tabouret, toise, compas de proportion, tablette et encreur pour prise d’empreintes digitales. Les fiches de signalement qui s’échangent entre les services sont progressivement compilées dans le Bulletin de Police criminelle mis en place par la Sûreté générale.

Le système Bertillon, avec ses mensurations, l’emploi de la photographie anthropométrique dite aussi « face/profil », le signalement descriptif appelé « portrait parlé », la description des stigmates physiques – cicatrice, tatouage, grain de beauté… –, connaît son heure de gloire avec le « bertillonnage » de Ravachol en 1890, permettant l’arrestation de l’anarchiste deux ans plus tard.

Le Bureau d’identité fusionne par la suite avec le service photographique et celui des sommiers judiciaires pour former, sous l’impulsion du préfet Lépine, le service de l’Identité judiciaire, fondé par un décret présidentiel du 11 août 1893.

Demeurant intimement persuadé de la supériorité de sa méthode anthropométrique et réticent à l’ajout des empreintes digitales sur ses fiches signalétiques, il doit accepter en 1894, sous la pression de ses supérieurs, d’intégrer aux fiches la dactyloscopie : l’empreinte des quatre doigts de la main droite et de l’index gauche à partir de 1900 puis, en 1904, celle des dix doigts (décadactylaire). Cette technique dactyloscopique lui aurait permis, le 24 octobre 1902 de confondre Henri-Léon Scheffer, l’assassin d’un domestique au cours d’un cambriolage. Cette affaire est parfois présentée comme la « première identification au monde » par les « seules empreintes digitales » d’un assassin. Ceci a été remis en question du fait que l’enquête de proximité, effectuée alors, avait mis en lumière que le domestique entretenait une relation homosexuelle avec Scheffer, le meurtrier, lequel aurait déguisé ce crime passionnel, d’un genre peu avouable à l’époque, en cambriolage. Bertillon aurait en fait été orienté vers Scheffer par cette enquête de proximité, et non par les empreintes, lesquelles ont néanmoins pu être utilisées pour s’assurer que Scheffer était bien le coupable. Quoi qu’il en soit, la véritable première « mondiale » en ce domaine, l’affaire Francisca Rojas (en), aurait eu lieu dès 1892, et serait due au fonctionnaire de police argentin Juan Vucetich. (en savoir plus à propos d’Alphonse Bertillon sur  wikipedia)

 

http://psychocriminologie.free.fr/wp-content/files/bertillon.mp3

 

 

FRANCE CULTURE (émission « les pieds sur terre 12/05/2020) « david le braqueur »

Né dans la banlieue de Caen, David a commencé à voler à quatorze ans.

David, un nouveau gentleman cambrioleur ?

Il s’est spécialisé dans la neutralisation des alarmes, passant des magasins aux banques. Pour y parvenir, la violence n’était jamais loin. Pourtant, David n’a jamais franchi les limites qu’il s’est fixées. Par principe, certes, mais aussi par chance.

« Je me rends compte que je suis très bon dans le vol à l’étalage. Et là, je me dis, je vais m’en sortir par la délinquance. »

Pendant sa cavale qui a duré un an, il s’est fait appeler David Lupin, puis il est allé se livrer à la police, par amour pour sa femme (enfin, c’est ce qu’il dit). Gentleman cambrioleur ou pas, éthique professionnelle ou hasard de la vie, en tous cas, il n’a pas tué, il n’a pas blessé, c’est un début. David a passé des années en prison pour y réfléchir, et il nous raconte son histoire et sa morale…

  • « Je viens de Caen, j’habitais une tour rue Montcalm mais on l’appelait la rue « Non-calme ».
  • « Quand je suis né, mon père était en semi-liberté, la journée il venait me voir, le soir il repartait en prison ».
  • « Avec mes amis, on avait quatorze ans, on a formé le gangs des GILASD, grouple d’intervention locale assurant la semaine et le dimanche, parce qu’on volait toute la semaine. »
  • « Mais je commençais à culpabiliser de voler chez les gens, donc ensuite je me suis spécialisé dans la neutralisation des systèmes d’alarmes, on volait dans des magasins, des supérettes. Puis à dix-neuf ans j’ai commencé à me dire que ces gens que je volais, c’était des travailleurs, pas des bourgeois. Donc je me suis tourné vers les grandes surfaces. »
  • « A vingt ans, j’ai fait ma première banque(…) J’ai voulu arrêter mais j’ai proposé avant, d’en faire une dernière, le siège de la Société Générale. Soit on était tous riches pour la vie, soit on finissait tous en prison. »
  • « Pour résumer, à cause d’un caillou, je suis allé dix ans en prison ».

Reportage : Pascale Pascariello
Réalisation : Jean-Christophe Francis

 

FRANCE INTER (21/11/2019) Emission « pour suite »: Crimes non élucidés, disparitions… À quand la fin des « cold cases » ?

Alors que s’ouvre le procès de l’un des violeurs et tueurs présumés d’Élodie Kulik, une jeune femme violée et assassinée en 2002, Pour Suite se demande s’il sera possible, un jour, de résoudre toutes les affaires criminelles. La science a permis de grands progrès dans le domaine. Mais pourra-t-elle tout élucider ?

Pour écouter tous les épisodes de cette série, mettez ce podcast en favori sur l’application Radio France, disponible sur iOS et Android, ou via le fil RSS

Sans l’idée d’un gendarme, biologiste de formation, il n’y aurait pas eu de procès Kulik. Ce jeudi 21 novembre, s’ouvre à Amiens, ce qui pourrait être le dénouement d’une affaire qui date maintenant de 17 ans.

Janvier 2002 : le corps sans vie d’une jeune femme partiellement brûlé est retrouvé par un agriculteur dans la Somme. Élodie Kulik, 24 ans, a été violée avant d’être tuée. Sur la scène de crime, les gendarmes trouvent notamment un préservatif, son analyse permettra d’obtenir l’identité génétique du probable auteur des faits. Mais l’ADN ne « matche » avec aucun autre présent dans le Fichier National des Empreintes Génétiques. C’est ce qui s’appelle un « cold case », une affaire non résolue. Souvent, elles restent sans suite : trop anciennes, sans personne pour s’y intéresser… Parfois, elles hantent un coin de cerveau d’enquêteurs, d’avocats ou de scientifiques et puis trouvent un dénouement bien après les faits.

L’ADN de parentèle, importante avancée dans la résolution d’affaires

Au laboratoire de l’Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie, à Pontoise (95), il y a des gens qui cherchent. Et notamment Emmanuel Pham-Hoai qui, dans l’affaire Kulik, a l’idée d’utiliser la technique de recherche par parentèle.

Il s’agit de déchiffrer une seule partie de l’ADN et non l’intégralité. Dix ans après la mort de la jeune femme, l’enquête avance alors d’un bond et permet de remonter à un homme, Patrick Wiart, incarcéré pour agression sexuelle et dont le fils, Grégory possède l’ADN découvert sur les lieux du meurtre.

Grégory Wiart est mort en 2003 et ne sera donc pas jugé mais l’enquête conduira à un proche, Willy Bardon, qui était vraisemblablement à ses côtés ce soir de janvier 2002 pour s’en prendre à la jeune banquière. C’est lui qui passe en cette fin novembre devant la Cour d’Assises de la Somme, à Amiens. Et permettra peut-être à Jacky Kulik, le père d’Élodie, de pouvoir entamer le deuil de sa fille.

Pour Suite, cette semaine, part donc de cette affaire pour s’intéresser aux progrès de la science en matière de criminologie.  Les empreintes génétiques en tout premier lieu qui permettent désormais aux enquêteurs de tirer un portrait robot assez fiable : la couleur des yeux, de peau, l’implantation capillaire. L’analyse ADN pourra peut-être même permettre très prochainement de connaître la forme du visage de la personne recherchée.

FRANCE INTER (21/02/2020) Emission « Pas son genre… »: La justice est-elle sexiste?

Existe-t-il une justice féministe quel est ce mot : féminicide ? Où en sommes-nous avec la notion de consentement, d’imprescriptibilité, avec la difficulté du nombre d’affaires classées sans suite ? La justice, cette vieille dame sans âge, prend ses quartiers dans Pas Son Genre, ce soir…

https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16539-21.02.2020-ITEMA_22288622-0.mp3

Et laissez moi vous présenter, une dame qui a tout connu, tout vu et même tout entendu. Les yeux fermés, la tête baissée, et haut perchée, elle écoute, peut tout encaisser. Sans un mot, pas de commentaire, elle laisse dire, parfois laisse faire. Sur son visage, pas une trace, ni d’émotion, ni même d’âge. Elle est mutique, voire hermétique, on lui reproche sa raideur, elle préfère parler de rigueur. Suspendus à ses lèvres on a les jambes qui tremblent un peu parfois. Que va-t-elle dire, ou bien penser, de ce qu’on vient de lui raconter ? Elle ne dit rien, c’est pas le moment. Elle tient nos destins dans sa main, vous attendrez, petits coquins. La dame aime prendre tout son temps, tant pis pour tous les impatients. C’est le privilège de la vieillesse, le signe d’une forme de sagesse : ici on parle à mots comptés, ici on marche à pas feutrés, c’est une question de respect. On ne crie pas, on ne court pas, la dame veut pas être chahutée. Ni chatouillée, ni bousculée encore moins être interpelée. Avec les mois, et les années, elle a fini par s’éloigner. A force se serait-elle coupée, de ce monde qu’elle doit observer ? Serait-elle frappée de surdité, quand elle ne l’entend pas bouger ? A trop rester là haut perchée, finirait-elle par ignorer, comme il bat et comme il craquèle… Au fond se ferait-il sans elle ?

Invités

  • Charlotte BELUET,  Procureur de la République  d’Auch
  • Eric MORAIN, avocat pénaliste au barreau de Paris

Observateurs

Nassira El Moaddem, journaliste indépendante et autrice du livre « Les Filles de Romorantin » (Editions de l’Iconoclaste), nous parlera de la démission d’Agnès Buzin du gouvernement pour les municipales

La réalisatrice Ovidie reviendra sur le revenge porn, avec pour porte d’entrée l’actualité autour de l’affaire Griveaux.

à voir, Top of the Shorts, le rendez-vous mensuel du court-métrage de CANAL le 8 mars, UN JOUR BIEN ORDINAIRE d’Ovidie et Corentin Coëplet