Ressources en psychocriminologie et criminologie
Header

Conférence AFC du 7 décembre 2018 sur le thème : « Radicalités et radicalisation : recherches, politiques et pratiques de terrain  » tenue sous la présidence de Madame le docteur Sophie BARON-LAFORET, présidente de l’AFC au centre médico-psychologique du Nord.

Laurent BONELLI (maître de conférence à l’université Paris-Nanterre) est intervenu sur le thème de « la fabrique de la radicalité ».
Discutant : Alain BLANC (magistrat honoraire, président d’une commission pluridisciplinaire des mesures de sûreté et vice-président de l’AFC).

 

La Fabrique de la radicalité
Une sociologie des jeunes djihadistes français

Co-auteur :Laurent Bonelli

Co-auteur :Fabien Carrié

L’inquiétude produite par les attentats récents et par le départ de centaines de jeunes vers la Syrie a suscité un déferlement d’analyses, dont le caractère foisonnant masque l’absence quasi complète de données à grande échelle sur ceux qui épousent la cause djihadiste.
C’est cette lacune que vient combler cette enquête, la plus fouillée à ce jour sur le sujet. Fondée sur l’étude systématique de 133 dossiers judiciaires de mineurs poursuivis pour des affaires de terrorisme ou signalés pour « radicalisation », elle permet d’appréhender la manière dont les situations familiales, les relations avec les institutions, les cursus scolaires ou la socialisation entre pairs façonnent les appropriations de l’idéologie djihadiste.
L’enquête révèle ainsi des types de radicalité différents, de la rébellion contre les familles ou les institutions à un engagement pour faire advenir une nouvelle utopie politique et religieuse. À rebours des clichés sur les « délinquants terroristes », cet engagement peut aussi concerner des jeunes issus de familles stables, doués à l’école et sans passé judiciaire. De façon troublante, c’est aussi le rôle que les réponses institutionnelles peuvent parfois jouer dans les passages à l’acte que ce travail capital met au jour.

John STURGEON, enseignant en travail social, University of the West of Scotland, ancien directeur de probation en Ecosse

Le modèle écossais de probation tente le « mariage » entre le RBR et la désistance (ou comment a évolué le modèle RBR au fil des expériences).

Ici John STURGEON propose la modélisation d’un entretien d’évaluation initaile tel qu’il peut être conduit en probation.

 

Raphael ROWE (2018) Inside the World’s Toughest Prisons: Norvège, la prison parfaite?

En Norvège, dans la prison de haute sécurité de Halden, cet extrait nous permet de découvrir le rôle singulier des surveillants , tourné en grande partie vers la réhabilitation et la resocialisation.

La vie carcérale autour du monde, vue de l’intérieur.
Cette série documentaire faite par Netflix nous emmène a chaque nouvel épisode dans une prison a mauvaise réputation (ou pas) d’un pays autour du globe, allant du Costa Rica à la Norvège, en passant par la Papouasie-Nouvelle Guinée. Plutôt intéressante dans le fond, apportant une vision de l’intérieur des prisons, leurs mode de fonctionnement autour du monde, et les différences culturelles…

« Il n’y a pas de violence ici, peut-être un ou deux cas par an, affirme Fredriksen. On s’influence les uns les autres. Si tu es une tête brûlée, mais que tu vois que tout le monde se comporte comme il faut, tu as tendance à faire la même chose », note-t-il en s’adressant à nous en anglais, comme tous les prisonniers à qui nous avons parlé.

Chaque prisonnier est jumelé à un agent correctionnel, qui élabore un programme de réadaptation sur mesure, avec la collaboration de psychologues et de travailleurs sociaux. Les relations entre gardiens et prisonniers n’en sont que plus amicales, souligne le gardien Ole Christian, 27 ans, dont le quotidien compte de nombreux moments de détente avec les détenus. Prendre cinq minutes pour discuter autour d’un café, jouer une partie de backgam­mon ou de cartes, voilà l’appro­che norvégienne, selon lui : « Ce n’est pas “nous et eux”, mais “nous”. Ensemble, comment est-ce qu’on peut changer les choses ? »

Lasse Andresen, gardien de prison depuis 38 ans — et dans cet improbable pénitencier depuis l’ouverture —, en a vu d’autres. « Ici, c’est comme si je venais travailler dans une école. »

Il tient cependant à rappeler que Halden reste une prison. Avec des restrictions sembla­bles à celles des établissements à sécurité maximale : utilisation limitée d’Internet, lettres ouvertes avant d’être remises aux destinataires, appels téléphoniques d’au plus 20 minutes par semaine, couvre-feu à 20 h 30, une seule visite hebdomadaire. Et puis il y a les murs de sept mètres, visibles à travers les arbres qui ceinturent le complexe…

Halden essaie de reproduire la vie en société. L’impression de normalité se manifeste jusque dans les sentiers qu’empruntent les prisonniers pour aller à l’école ou chez le médecin.

Selon le psychologue Jan Berglund, cette illusion est réconfortante. À leur arrivée, la plupart des détenus souffrent d’anxiété, laquelle disparaît petit à petit dans cette société en microcosme. « Dans une prison américaine, l’anxiété ne partira jamais. Ici, tu peux avoir l’impression que tout va bien, que tout est normal. »

https://lactualite.com/societe/2016/04/07/la-prison-la-plus-humaine-du-monde/

 

Pour les besoins de son dernier documentaire Where to invade next (en français, « Où envahir maintenant ») le célèbre réalisateur Mickael Moore s’est rendu en Norvège. Son objectif : comparer le système carcéral américain avec celui des Norvégiens.

En cherchant la réhabilitation plutôt que la vengeance, elles offrent à ce pays l’un des taux de récidive les plus bas du monde (20% contre 80% aux USA !).

Regardez cet extrait de Where to invade next (VO) :

Quelques pas dans un couloir et voici l’accusé, qui se retrouve devant le juge. L’accusé s’appelle Pink, il est le héro principal de l’opus magnum de Pink Floyd, « le Mur ». Le procès de Pink constitue le point d’orgue de cet album conceptuel. Pink est un personnage fou. Mais sa folie trouve ses sources dans son passé : il est aliéné depuis son enfance, enfance étouffée par sa mère, aliéné ensuite par un système scolaire oppressant, aliéné de nouveau par les relations conflictuelles avec sa femme. Oppressé, il devient l’oppresseur. En lisant les conclusions d’une étude étonnante parue cet été dans la célèbre revue scientifique « Science », je me suis dit que les Pink Floyd ont très bien compris le fonctionnement de la justice: après avoir compris les raisons psychologiques de la confusion de Pink, le juge le condamne à une peine symbolique – la destruction du mur qui le sépare du monde. « Science » a étudié l’influence des facteurs psychologiques sur le comportement de 181 juges aux Etats-Unis. Figurez-vous que quand la défense met en avance le fait que l’accusé est un psychopathe, la sentence moyenne est de 14 années de prison. En revanche, si la défense essaye d’expliquer devant le juge la biologie de la psychopathie de l’accusé, eh bien, la sentence moyenne prononcée est d’une année seulement

 

Gilles Bertin, une vie en sursis (1/2)

Les années punk, drogue and Brink’s

Eté 1981, trois jeunes bordelais créent un groupe de musique qui rivalise avec Noir Désir. Gilles Bertin est le chanteur et parolier du groupe, son parcours ne sera pas que musical.

Nantes, Barcelone… Gilles Bertin multiplie les braquages pour fuir la drogue mais garder son adrénaline. Jusqu’au coup ultime : l’attaque du dépôt de la Brink’s de Toulouse le 27 avril 1988.

https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/18722-05.01.2019-ITEMA_21941926-2.mp3

Gilles Bertin, une vie en sursis (2/2)

La cavale de Didier Ballet

L’incroyable cavale du braqueur punk. Une cavale ouverte le 27 avril 1988, où le chanteur emporta une partie du butin estimé à près de deux millions d’euros.

2nd épisode : Brink’s not dead…

Le 16 novembre 2016, Gilles Bertin traverse à pied la frontière franco-espagnole pour se rendre à Toulouse, vingt-huit ans après l’attaque de la Brink’s de Toulouse. Seul son avocat Christian Etelin est au courant de sa reddition. Après avoir monté un magasin de disques au Portugal, tenu un bar à Barcelone et survécu au Sida, l’ex-punk, fatigué de se cacher sous l’identité de Didier Ballet, ne veut plus vivre dans le mensonge et remet son destin, à 57 ans, entre les mains de la justice française…

https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16408-06.01.2019-ITEMA_21942730-0.mp3

« La justice aux mains des machines ? » – Antoine Garapon à la MSH-ULB

Dans le cadre de son cycle « Aux frontières de l’humain », la Maison des Sciences Humaines de l’ULB recevait Antoine Garapon pour une intervention intitulée : « La justice aux mains des machines ? Algorithmes, intelligences artificielles et justice prédictive ».

Antoine Garapon est Secrétaire général de l’Institut des Hautes Etudes sur la Justice (France) et professeur invité à la Maison des Sciences Humaines de l’ULB. Enregistré le lundi 19 mars 2018.

FRANCE CULTURE (29/11/2018) La grande table:  Comment rendre une justice « humaine » ?

Peut-on défendre tout le monde? Quels représentations derrière le mot « monstre », qui nous sert à qualifier les pires criminels? Et pourquoi ne pas les défendre? Avec Thierry Illouz, avocat, romancier, dramaturge, auteur de « Même les monstres » (Iconoclaste, 2018)

Réflexion sur les figures du bien et du mal, sur les principes de justice, et d’injustice, avec l’avocat pénaliste, Me Thierry Illouz, qui publie Même les Monstres (L’Iconoclaste, 2018).

Quand « défendre, c’est épuiser l’idée du mal », chercher le pourquoi de l’acte, se mettre à hauteur d’homme, faire montre d’empathie. Car l’avocat, et c’est là ce qu’on  lui reproche souvent, prend parti pour celui qu’il défend. Alors, pour qui prend-t-il parti lorsqu’il défend un criminel, un « monstre », déjà étiqueté et condamné par l’opinion avant même de comparaître?

Je pense qu’un acte seul n’existe pas. Il est toujours dans un système de corrélation avec l’histoire des gens. J’essaye d’apporter des visages, de dévoiler, de démasquer.
(Thierry Illouz)

Car, pour Thierry Illouz, l’indulgence n’est pas une faiblesse, et le mot monstre, terme « élastique » dont on ne sait pas où il commence ni où il finit, ne saurait se justifier. Défendre des criminels et non des crimes, ne pas oublier que, parfois, avant d’être bourreau, ils ont pu être victime.

[Le mot « monstre » permet de dire :] « quelle que soit ma vie, je ne suis pas ça ». Nous sommes aussi cela, nous contenons cette possibilité.
(Thierry Illouz)

Thierry Illouz porte une analyse mêlée d’expérience personnelle, entre psychanalyse de la robe et dénonciation, en appelant aux outils du droit et de la littérature. Auteur de romans, dont La nuit commencera (Buchet Chastel, 2014), prix Simenon, en 2015, et de pièces de théâtre, dont A ma troisième robe, joué en 2012 au Théâtre du Rond-Point à Paris avec François Morel, il distingue bien les deux genres, les planches et le prétoire, rejette la justice-spectacle et continue de plaider pour la défense des monstres.

J’ai un parcours, une histoire, comme tout le monde. Elle communique avec mon travail d’avocat.
(Thierry Illouz)

Extraits sonores : 

  • Pascale Robert Diard : « On ne peut plus qualifier quelqu’un de monstrueux » (L’humeur vagabonde, 26/10/2006)
  • Eric Dupond-Moretti à la Matinale de France Inter (03/11/18)
  • Sur la fin du procès de Michel Fourniret (Journal de France Inter, 28/05/2008)