Ressources en psychocriminologie et criminologie
Header

La justice restaurative, rencontres entre détenus et victimes.

Introduite en France par la Loi du 15 août 2014, la justice restaurative mise sur les rencontres entre détenus et victimes pour apaiser les souffrances, panser les plaies laissées béantes par le procès pénal et, in fine, restaurer le lien social. Une expérience bénéfique pour tous.  Car aussi longue soit la peine, les détenus ont vocation un jour à réintégrer notre société.

Et si la prison abîme l’homme, le dialogue avec les victimes, lui, restaure l’humanité. Un préalable essentiel pour ne plus recommencer.

Pratique ancestrale venue des Inuits et des Maoris, réintroduite dans le monde anglo-saxon dans les années 70 et expérimentée en France à la maison centrale de Poissy depuis 2010, la justice restaurative offre une autre vision de la politique pénale. Une autre vision que l’illusion du tout carcéral.

Rencontre avec des détenus et des victimes qui ont tenté l’expérience. Ce reportage a été sélectionné pour le prix Grandes Ondes, dans le cadre du Festival Longueur d’ondes qui a lieu ce week-end à Brest (30 janvier au 4 février 2018). Un reportage de Charlotte Perry.

https://www.franceinter.fr/emissions/comme-un-bruit-qui-court/comme-un-bruit-qui-court-03-fevrier-2018

Une journée avec les conseillers d’insertion et de probation de Seine St Denis…

Voilà deux semaines que les prisons françaises sont secouées par les mobilisations des surveillants réclamant plus de sécurité. 

Et c’est vrai que, surpeuplée par près de 70 000 détenus, avec des taux d’incarcération historiquement hauts et 61 % de récidive, c’est toute l’institution pénitentiaire qui est aujourd’hui tiraillée entre deux tendances contradictoires : remplir les prisons ou essayer de les vider.

Alors « Comme un bruit qui court » a passé deux jours dans les locaux du Service Pénitentiaire d’Insertion et Probation de St Denis (SPIP), avec quelques-uns des 3000 conseillers qui – s’ils font moins de bruit que les gardiens de prison – ont pour mission délicate le « SAV » des 250 000 personnes sous main de justice en France.Sorties de prison, T.I.G. (Travaux d’Intérêt Général), sursis, bracelet électronique et peines alternatives (qui divisent par deux le taux de récidive)…  Ici on est dans le dur du réel, avec chaque jour, des histoires humaines compliquées où, en plus de punir, il faut essayer de réparer les hommes et la société, loin des discours de fermeté ou de laxisme des uns et des autres… Un reportage de Giv Anquetil.

Camille Lancelevee (Thèse EHESS 2016) « Quand la prison prend soin »

« Comparaison  n’est  pas  raison »  rappelle  avec  justesse  Franz  Schultheis  :  la comparaison est en effet chose difficile. Toujours située, elle met en miroir deux réalités résultant d’histoires sociales différentes et suggère que les objets comparés pourraient être les révélateurs d’un illusoire  « modèle »  national.  La  comparaison  proposée  dans  cette  thèse  ne  sera  pas  une comparaison  « terme  à  terme »  qui  analyserait  les  situations  française  et  allemande  à  l’aune  de modèles prédéfinis mais une comparaison « méthodologique » : l’éclairage de la situation allemande permettra de mettre à l’épreuve les représentations sociales françaises. Il s’agira de déconstruire le problème social des « prisons asiles » en France. Ma thèse montrera que ce problème social résulte d’une construction sociale pétrie de représentations devenues évidentes, qui s’interposent comme un voile  « entre  les  choses  et  nous,  et  qui  nous  les  masque  d’autant  mieux  qu’on  le  croit  plus transparent »  (Lenoir).  C’est  pour  lever  ce  voile  que  je  propose  de  porter  le  regard  sur l’Allemagne, pays dans lequel la défense sociale s’est matérialisée dès le début du XXème siècle en un dispositif  cohérent.  La  comparaison  avec  la  situation  allemande  permettra  ainsi  de  mettre  en perspective les transformations à l’œuvre en France, qui participent, comme le montrera cette thèse, à  produire  un  dispositif  similaire  de  défense  sociale,  c’est-à-dire  un  dispositif  qui  tente  d’allier protection  de  la  société  et  traitement  des  individus  identifiés  comme  « dangereux ».  Ces transformations seront saisies en un point du système pénal – les prisons de Grünstadt (Allemagne) et de Tourion (France) – où j’étudierai ces tensions constantes entre soigner et punir.

 

Ces paradoxes se traduisent pour ces différents professionnel·le·s du soin et de la peine en des dilemmes moraux permanents, que les institutions carcérales françaises et allemandes cherchent à résoudre en tentant d’ordonner les pratiques professionnelles autour d’un mode d’intervention sur autrui unique, univoque  et  uniforme,  qui  mettrait  le  traitement  au  service  d’un  programme  de  réhabilitation psycho-criminologique.  Au  nom  de  cette  ambition,  qui  s’inscrit  dans  une  recherche  d’efficience institutionnelle,  il  s’agit,  en  France  comme  en  Allemagne,  d’améliorer  la  coordination  des  acteurs professionnels et la circulation des informations relatives aux personnes détenues. La comparaison franco-allemande  permet  ici  de  réfléchir  aux  enjeux  de  l’institutionnalisation  du  care :  en  France, l’analyse montre ainsi que la place accordée aux soins psychiatriques a paradoxalement pour effet de freiner la mise en place d’un suivi plus pénitentiaire ; en Allemagne au contraire, le solide ancrage de ce  suivi  individualisé  rend  difficile  l’instauration  de  relations  de  soins  dégagée  d’un  objectif  de réhabilitation  psycho-criminologique.

Quand la prison prend soin

FRANCE INTER, Emission « grand bien vous fasse »  du 05/12/2017:  La peur du changement

Question paradoxale posée ce matin, alors que nos sociétés liquides n’ont jamais autant vanté le changement, encouragé la mobilité, incité à casser nos habitudes, nos routines pour devenir un individu libre et heureux.
Changer, c’est « rendre autre ou différent, synonyme, modifier », d’après Le Robert. Changer c’est faire le deuil d’une autre possibilité
Et puis changer de c’est « abandonner,  quitter une chose ou une personne pour une autre du même genre » comme par exemple changer de voiture ou de coiffure. Est-il plus facile de changer de voiture ou de changer profondément ses habitudes ?
Nous verrons qu’il est difficile de renoncer à nos habitudes, celles qui nous ancrent dans une zone de confort Mais comment durablement changer dans les meilleures conditions possibles ? Comment installer durablement un changement dans notre cerveau qui peut se révéler très conservateur en dépit de sa plasticité ? Et d’ailleurs est-on vraiment obligé de changer ?
Et vous, craignez-vous le changement ou au contraire est-ce pour vous une seconde nature ?
avec: Martin Legros, philosophe, rédacteur en chef de Philosophie Magazine ; James Teboul, professeur à l’Insead et au Collège des ingénieurs Et Philippe Damier, professeur de neurologie au CHU de Nantes, pour leur livre Neuroleadership, le cerveau face à la décision et au changement ed.Odile Jacob

Déradicalisation (EJDG-mars 2017)

novembre 20th, 2017 | Publié par crisostome dans TERRORISME - (0 Commentaire)

Déradicalisation (Ecole de Journalisme De Grenoble-mars 2017)

EDITO

Depuis 2011 et le début de la révolution syrienne, des centaines de Français, issus de tout le territoire et de toutes les classes sociales, sont partis mener le djihad en zone irako-syrienne. En janvier 2015, avec les attentats de l’Hyper-cacher et de Charlie-hebdo, le pays découvre que le fanatisme religieux peut aussi le frapper directe­ment au coeur, par la main de ses propres citoyens.

Le gouvernement, lui, ne réagit que fin 2014.

Ainsi il y aurait, en France, des individus voire des groupes d’individus « radicalisés » ? Il s’agirait donc de les déradicaliser. Mais est-ce vraiment si simple ? « Déradicalisation, ça ne veut rien dire ! », rabroue-t-on sèchement au Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalité (CIPDR). N’est-ce pourtant pas ce même comité qui a mis en place le premier centre réservé à cette « discipline », en Indre-et-Loire ? Lorsque l’on se plonge dans la stratégie française pour lutter contre le radicalisme religieux, c’est avant tout un immense flou que l’on constate. La France a réagi tard, trois ans après les premiers départs pour le Shâm – terre promise dans l’islam –, et dans la précipitation, car il fallait agir vite après des attentats ayant ému le pays entier. Des spécia­listes auto-proclamés ont été pris au sérieux et financés pendant de longs mois, la stratégie carcérale a connu plusieurs allers-retours, les établissements scolaires sont restés livrés à eux-mêmes devant ce phénomène…

Étudiants à l’École de journalisme de Grenoble (EJDG), nous nous sommes saisis de ce sujet pendant plusieurs mois. Nous nous sommes entretenus avec les principaux acteurs de la « déradicalisation » en France, avec les meilleurs experts du phénomène djihadiste, avec les familles de jeunes personnes embrigadés. Nous avons en­quêté, tourné le regard vers chaque lieu où la lutte contre le radicalisme est menée, regardé par-delà les frontières comment nos voisins réagissent à ce même défi.

Ici et ailleurs, celui-ci est immense. Et commence par un problème sémantique. Lorsqu’on emploie le terme

« radicalité », parle-t-on de radicalité politique, reli­gieuse, idéologique, sectaire ? Selon la réponse apportée à cette question, la stratégie est très différente. Et les spé­cialistes du sujet eux-mêmes ne s’accordent pas sur cette réponse. Alors pas étonnant qu’entre coups de com’, gros chèques, sales échecs et vrais efforts, le gouvernement se soit pris plus d’une fois les pieds dans le tapis. Et avance à tâtons en essayant tout autant d’être efficace que de rassurer la population.

Vous le sentez, le sujet est miné, pas toujours facile à couvrir. Alors à nous de le déminer, et à vous de le découvrir.

Déradicalisation-science po Grenoble

 

Exercises for Developing MI Skills in Corrections (National institute of Corrections, US dept. of justice)

Motivational interviewing (MI) helps clients become less ambivalent about altering their maladaptive behaviors. This publication presents “scenarios that agents commonly encounter in their efforts to monitor and reinforce court/parole/institutional conditions and address clients’ central eight criminogenic needs. This book also considers the learning tasks of MI in relation to the eight principles for effective interventions outlined in Implementing Evidence-Based Practice in Community Corrections: The Principles of Effective Intervention, an NIC publication. Ordered in the sequence in which they are most commonly learned or mastered, the first five of these eight tasks for learning MI provide the structure for Exercises fo r Developing MI Skills in Corrections.” Chapters relating to these five tasks are: the spirit of motivational interviewing; active listening; recognizing and reinforcing change talk; eliciting and strengthening change talk; and responding to resistance. A glossary of related terms is also included.

Exercises for Developing MI Skills in Corrections

Tom TYLER (1990) Why people obey the law (Yale University)

People obey the law if they believe it’s legitimate, not because they fear punishment–this is the startling conclusion of Tom Tyler’s classic study. Tyler suggests that lawmakers and law enforcers would do much better to make legal systems worthy of respect than to try to instill fear of punishment. He finds that people obey law primarily because they believe in respecting legitimate authority.

Tom R. Tyler is University Professor at New York University, teaching in the Psychology Department and the Law School. He studies the exercise of authority in groups, organizations, and societies. His many books include The Social Psychology of Procedural Justice, Social Justice in a Diverse Society, Cooperation in Groups,and Trust in the Law.

 

Introduction:

The first goal of this book is to contrast the instrumental and normative perspectives on why people follow the law. The instrumental perspective on the citizen underlies what is known as the deterrence literature: people are viewed as shaping their behavior to respond to changes in the tangible, immediate incentives and penalties associated with following the law—to judgments about the personal gains and losses resulting from different kinds of behavior. For example, increasing the severity and certainty of punishment for committing a crime has frequently been viewed as an effective way of reducing the rate at which the crime is committed. When policymakers think about how to obtain compliance, they often adopt implicitly an instrumental perspective.

Although the instrumental perspective has dominated recent examinations of citizens’ reactions to the law and legal authorities, this study explores compliance from a normative perspective. It is concerned with the influence of what people regard as just and moral as opposed to what is in their self-interest. It also examines the connection between normative commitment to legal authorities and law-abiding behavior. If people view compliance with the law as appropriate because of their attitudes about how they should behave, they will voluntarily assume the obligation to follow legal rules. They will feel personally committed to obeying the law, irrespective of whether they risk punishment for breaking the law. This normative commitment can involve personal morality or legitimacy. Normative commitment through personal morality means obeying a law because one feels the law is just; normative commitment through legitimacy means obeying a law because one feels that the authority enforcing the law has the right to dictate behavior.

http://www.psych.nyu.edu/tyler/lab/Chapters_1-4.pdf